#AfricaCovid19Voices: Entretien avec Dr Massamba Gueye (Manager & Fondateur de « Kër Leyti », la Maison de l’Oralité et du Patrimoine du Sénégal)

Must Read

TROPICS BUSINESS SUMMIT launches TROPICS STARTUPS CHALLENGE, a Small Business Hackathon

The TROPICS BUSINESS SUMMIT is proud to announce the launch of its very first cohort of the...

Le TROPICS BUSINESS SUMMIT et ses partenaires lancent le TROPICS STARTUPS CHALLENGE

Le sommet d’affaires TROPICS BUSINESS SUMMIT en collaboration avec ses partenaires MELANIN KAPITAL, DIRA PARTNERS, REDA CAPITAL...

La JEUNE CHAMBRE DU CONGO-KINSHASA AU QUÉBEC, partenaire de la 4ème édition du sommet d’investissement TROPICS BUSINESS SUMMIT

Dans la perspective du prochain sommet d’investissement TROPICS BUSINESS SUMMIT, qui aura lieu en livestream du 14...

Comme le reste du monde, le continent africain fait face, lui aussi, à la propagation du Covid-19. Alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) craint que l’Afrique ne puisse « affronter » la pandémie, les 54 États prennent leurs dispositions. Aujourd’hui, sur près de 54 pays africains, 50 pays sont touchés à ce jour par le coronavirus. Pour le moment, 5 pays africains sont officiellement épargnés de toute contamination. Il s’agit des Comores, du Lesotho, du Malawi, de l’archipel de Sao Tomé-et-Principe et du Soudan du Sud. Certains de ces pays mettent en avant leur isolement qui permettent d’échapper aux contaminations, jusqu’à présent.

Sur le plan de la recherche, Aphro-Cov, tel est le dernier-né des programmes pilotés par le consortium REACTing, dédié à endiguer l’épidémie de Covid-19 qui menace le continent africain. Subventionné à hauteur de 1,5 million d’euros par l’Agence Française de Développement (AFD), ce dispositif piloté par l’INSERM, via REACTing, vise à améliorer la veille sanitaire et la prise en charge des cas suspects dans 5 pays d’Afrique à savoir, le Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali, Sénégal.

Dans le souci d’informer et de sensibiliser les populations afro-caribéennes face à cette situation préoccupante, le réseau ARCID (African Research Center for Innovation and Development) au Maroc lance en partenariat avec les rédactions de TROPICS MAGAZINE en Afrique du Sud et AfriCulturelle au Sénégal la série d’interviews intitulée #AfricaCovid19Voices pour sensibiliser au mieux les lecteurs et le public en général, et dans le but de briser le silence et rendre la parole au monde socio-économique panafricain en cette période cruciale.

Interview!

Présentez-vous ainsi que vos activités auprès de nos lecteurs…

Je suis Dr. Massamba Guèye, Manager et fondateur de « Kër Leyti » la Maison de l’Oralité et du Patrimoine du Sénégal, expert artistique pour l’OIF à la Commission internationale du Théâtre francophone, référent national pour la Convention 2003 UNESCO, chercheur à l’école doctorale « Études Africaines et francophones »  de l’Université Cheikh Anta DIOP. Je suis Président du Conseil d’administration de l’Association des Festivals et Diffuseurs du Sénégal ( ADAFEST/ARTERIAL) et membre du Conseil d’Administration du Musée des Civilisations Noires de Dakar. J’ai été Directeur Général du Théâtre national Daniel Sorano et suis actuellement Conseiller Technique à la Présidence de la République du Sénégal. j’ai fait une thèse unique à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Je produis, réalise et anime  aussi l’émission radiophonique bilingue « Contes et légendes » Français/Wolof sur Radio Sénégal Internationale tous les mercredis de 14h 30 à 15 h. Je coordonne l’émission «  Salles des Profs » initiée avec le chanteur Youssou Ndour et que produit sa télévision la TFM depuis l’arrêt des cours à cause de COVID-19. Je suis scénariste et adaptateur de fictions radiophoniques. 

Publications : 

Héritage et autres contes…, Dakar, 2002, Ed Le Nègre International, 57p ;  Modou le riche bavard, Dakar, 2002, Ed Le Nègre International, 25p ; Tout conte fait … (livre-cd ), Dakar, 2008, Ed Le Nègre International, 57p ; Sénégalités, paroles africaines (théâtre), Dakar, 2011, Ed Le Nègre International, 57p ; Le Totem, et Les aventures des sœurs gourmandes ( livre de lecture du Ministère de l’Éducation Nationale, Ed de là Brousse, 2010 ; Simb,  Laurent Gudin et Massamba GUEYE, Ed Vives Voix, 2013 ; L’or du sage, Alal ji, Ed Athéna édition et diffusions, Dakar 2014 ; Nérons d’Ébènes, les incendiaires, Dakar, Ed et dif Athéna, 2016 ; en cours : Sacrées jumelles  album jeunesse pour enfant.

L’humanité entière fait face au fléau désormais connu sous le nom de Covid-19 causé par le Coronavirus… Pourriez-vous nous faire un débriefing de la situation sanitaire dans votre pays de résidence et des mesures prises pour limiter les infections?

Le Sénégal est sous couvre-feu de 20h à 06h du matin depuis plus de 15 jours et l’état d’urgence vient d’être prorogé jusqu’au 04 mai 2020. Les écoles sont fermées, les rassemblements publics sont interdits de même que les prières collectives, toutes confessions confondues, les cérémonies familiales suspendues, les frontières fermées et les voyages inter régions aussi interdits. 

Le dimanche 5 avril, sur 92 tests effectués, 3 étaient positifs. Le ministère de la Santé a également soutenu que 10 patients hospitalisés étaient contrôlés négatifs et déclarés guéris. Au Sénégal, 222 cas ont été répertoriés positifs (au moment de cet interview), dont 82 guéris, 2 décès, 1 évacuation et encore 137 patients sous traitement. Toutes les manifestations publiques sont suspendues. Les horaires de l’administration publique sont redescendus à 15 H. Le télétravail est la règle.

Comment est-ce que cette situation sanitaire mondiale vous affecte-t-elle au quotidien dans l’exercice de votre métier ou de vos activités? 

Pour ce qui me concerne, en dehors de l’émission que je coordonne trois fois par semaines, je suis en confinement avec ma famille. J’ai dû annuler une série de prestations, séances de contes et conférences à Jeddah ( prévues du 18 au 21 mars), une rencontre de partenariat artistique en Italie ( du 1er au 04 avril), un festival de contes «  La grande nuit du conte » à Ouaga ( 05 mai) et cinq contrat de prestations en tant que maître de cérémonie et modérateur de rencontres internationales. J’avais programmé d’organiser la journée mondiale du conte avec la Maison de l’Oralité et du Patrimoine qu’on a annulé car le centre est fermé jusqu’à nouvel ordre. Pour le moment, seule la série radiophonique que je crée est en cours. J’ai suspendu les enregistrements des émissions de contes pour la radio nationale et ne fais que des rediffusions. J’ai suspendu mes cours prévus à l’Université de Thiès de même. La pandémie a causé un manque à gagner et un chamboulement total de mon agenda professionnel même en tant que Conseiller Technique à la Présidence, je ne travaille qu’à domicile. 

Pour rebondir sur l’actualité, que pensez-vous du fait qu’au-delà de quelques essais cliniques en cours, les africains seraient potentiellement ciblés pour recevoir le vaccin afin de tester son innocuité dans les pays occidentaux… Quel est votre avis sur ce sujet brûlant?

Je suis sûr qu’il y a des chercheurs occidentaux attardés mentaux et racistes qui pensent, comme ceux qui font des cris de singes dans les stades, que les Africains sont des sous-hommes sur qui on peut tout tester sur nous mais je ne crois pas à un complot international ou à des accords tacites signés par les Chefs d’États pour cela. Mon avis est qu’il n’est même pas envisageable que les Africains soient des cobayes pour mieux soigner les Autres. Ce serait criminel de le permettre et je m’y opposerais jusqu’à mon dernier souffle si cela devait se faire.

Quel message souhaiteriez-vous faire passer à l’endroit de vos concitoyens, de vos collègues et de vos dirigeants?

A l’endroit de mes concitoyens, collègues et dirigeants, je dis que le monde ne sortira pas indemne de COVID-19. Nous devons nous y préparer. Covid-19 est dangereux par son caractère mortel mais l’est plus par sa capacité à désocialiser un peuple. Covid-19 est en train de nous diviser. C’est une révolution sociale qu’il nous faut pour vaincre ce virus. Pas seulement nous Africains, mais nous Humains. C’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la lutte contre COVID-19 (Coronavirus). Quand une maladie passe si rapidement d’épidémie à Pandémie, de l’Asie à l’Europe, des pauvres aux riches, des riches aux pauvres, des jeunes aux vieux, des vieux aux jeunes, quand une pandémie de cette nature demande aux humains de rester chez eux, quand elle force un peuple tactile comme le nôtre à ne plus se serrer les mains, à ne plus se faire la bise, à ne plus se câliner, à ne plus jouer au football, à ne plus aller à la mosquée ou à l’église… Bref à ne plus faire ensemble les actes qui fondent une communauté, son danger n’est pas seulement à saisir dans ses nuisances macabres mais aussi et surtout dans la déshumanisation de l’Être. Je demande à tous de respecter les gestes barrières, de ne pas stigmatiser les malades. Aux dirigeants, je demande de ne pas exposer l’Afrique à des vaccins hasardeux et de faire confiance à l’expertise local tout en donnant rapidement des vivres aux populations qui ne peuvent plus aller au travail.

Quelles leçons importantes avez-vous apprises depuis le début du confinement et comment celles-ci s’appliqueront-elles dans votre routine après cette pandémie?

J’espère tout simplement qu’à la fin du confinement, partout en Afrique, on aura appris qu’on peut passer la journée à l’intérieur de sa maison sans être asocial, qu’on peut baptiser son enfant sans bloquer les rues, qu’on peut travailler sans aller au bureau, que les programmes de télévisions et radios ne peuvent pas se suffire de banalités, que les familles qui le peuvent sont capables de planifier leurs réserves vitales, qu’on doit être solidaire sans ostentation avec les moins nantis, que la propreté n’est pas un luxe, qu’un plateau médical de haut niveau vaut mieux que des bâtiments de prestige, que l’autosuffisance alimentaire est la seule issue possible pour ne pas mourir de faim en cas d’isolement, que les charlatans sont à pourchasser et à éliminer, qu’on peut se passer de fanatismes inconsidérés, qu’il faut prendre des responsabilités individuelles quand l’enjeu le demande et que l’éducation de tout le peuple est la seule solution pour avoir une citoyenneté active.

Quelle est la première chose que vous rêvez de faire une fois que la pandémie sera anéantie et pourquoi?

Aller dans mon village natal Koki… 

En guise de conclusion, pourriez-vous faire une proposition d’action pour gérer au mieux la situation actuelle et emboîter le pas sur la période post Covid19…

Il faut interdire les plages et les matchs de football dans les quartiers et donner des vivres aux populations démunies. Dans l’avenir l’Afrique doit prendre ses responsabilités et fermer ses frontières sans attendre d’être atteinte. L’Action la plus immédiate consiste à investir dans la recherche et l’éducation. Seules des ressources humaines de qualité et des infrastructures modernes et bien réparties sur tout le continent sont de bons boucliers contre ce type de pandémie. L’unité africaine est devenue une urgence.

- Advertisement -
- Advertisement -

Latest News

TROPICS BUSINESS SUMMIT launches TROPICS STARTUPS CHALLENGE, a Small Business Hackathon

The TROPICS BUSINESS SUMMIT is proud to announce the launch of its very first cohort of the...

Le TROPICS BUSINESS SUMMIT et ses partenaires lancent le TROPICS STARTUPS CHALLENGE

Le sommet d’affaires TROPICS BUSINESS SUMMIT en collaboration avec ses partenaires MELANIN KAPITAL, DIRA PARTNERS, REDA CAPITAL et OPEN CONSULTING lancent le...

La JEUNE CHAMBRE DU CONGO-KINSHASA AU QUÉBEC, partenaire de la 4ème édition du sommet d’investissement TROPICS BUSINESS SUMMIT

Dans la perspective du prochain sommet d’investissement TROPICS BUSINESS SUMMIT, qui aura lieu en livestream du 14 au 17 Octobre 2020 et...

La 4eme édition du TROPICS BUSINESS SUMMIT se tiendra par vidéo conférence du 14–17 Octobre 2020

TROPICS MEDIA (Johannesburg, South Africa) — Chez TROPICS BUSINESS SUMMIT, des mesures de précaution visant à limiter la propagation du virus Covid-19 ont...

TROPICS MAGAZINE Announces 4th annual TROPICS BUSINESS SUMMIT as a Virtual Experience on October 14–17, 2020

TROPICS MEDIA (Johannesburg, June 22, 2020) — In the wake of the Covid-19 pandemic and the forced cancellation of mass gatherings the TROPICS...
- Advertisement -

More Articles Like This

- Advertisement -